Event
Des systèmes RCF au festival Flamenco Condado de Niebla.
Le village de Niebla est situé à 30 km au sud-ouest de Huelva et à 60 km de Séville sur les rives du Río Tinto. Littéralement, Niebla signifie « brouillard » en espagnol, un nom certainement dû à la proximité de l'océan atlantique. Niebla mérite d'être découverte à pied. Elle est célèbre pour la beauté des vestiges archéologiques à l'intérieur des fortifications et des bâtiments de la vieille ville et du château.
Dans l'histoire du sud de l'Espagne, Niebla a toujours été une enclave stratégique et son château en porte encore les stigmates. Il est tellement bien conservé qu'il sert de toile de fond à de nombreux festivals estivaux consacrés au théâtre, à la musique et à la danse. Le reste de l'année, ses salles, ses chambres et ses donjons parfaitement conservés constituent un véritable musée médiéval.
Lors du « Festival Flamenco Condado de Niebla » de cette année, la société dB Sound a fourni un système RCF pour sonoriser dans la cour du château de Niebla. Plusieurs artistes de flamenco ainsi que Kiko Gavin se sont produits cette année dans le cadre magnifique de ce festival.
La scène principale était à l'intérieur des fortifications qui offraient une capacité d'accueil d'environ 1.000 personnes. Pour garantir un résultat et une couverture sonores de grande qualité, le système comportait deux grands clusters composés de six enceintes RCF TTL33-A et de six subwoofers RCF TTS28-A répartis devant la scène tous les 1,5 m. Des enceintes RCF TT08-A ont été ajoutées pour assurer la couverture sonore des premiers rangs.
Le système de monitoring était composé d'enceintes RCF TT25-A, RCF TT22-A et RCF 4PRO4003 pour la diffusion latérale et de RCF ART905-AS comme subwoofers.
Pour de nombreux artistes présents, il s'agissait du premier contact avec les équipements RCF. Et leurs réactions sont très positives : « Il s'agit de l'un des meilleurs systèmes que j'ai entendus » affirme Kiko Gavin.
Tout au long de cet événement, la société dB Sound a démontré un professionnalisme irréprochable en offrant une qualité sonore irréprochable et un service technique performant basés sur une solution RCF complète.
Corporate
Ketch Kelly récompensé par le tout premier et le seul « RCF USA Special Recognition Award » pour l'année 2011.
Utilisateur RCF de longue date, Eric « Ketch » Kelly du Ferguson Center for the Art de la Christopher Newport University est le gagnant du prix « RCF USA Special Recognition Award » pour 2011.
« Ketch Kelly a beaucoup travaillé pour promouvoir la marque RCF aux États-Unis, et tout particulièrement la gamme TT+. Grâce à sa grande expérience et à sa curiosité insatiable, il nous fournit toujours des commentaires très précieux sur nos produits en situation. Il a beaucoup contribué à enrichir la liste des références de RCF et est une autorité reconnue pour ce qui concerne le choix d'un système en fonction d'un lieu. Nous apprécions réellement son travail et nous souhaitons remercier Ketch pour ses efforts en lui remettant le « RCF USA Special Recognition Award » pour 2011 » explique John Krupa, directeur commercial de RCF USA.
RCF a discuté avec Ketch Kelly de ses débuts dans le monde de l'audio et l'a encouragé à dévoiler certaines anecdotes.
Comment as-tu commencé dans le monde de l'audio pro et du son ?
Si ce n'est pas en faisant exploser des chaînes hi-fi alors que j'étais adolescent, c'est certainement quand j'ai été appelé à servir sur un porte-avions puis sur un sous-marin nucléaire. Leurs énormes systèmes de diffusion me fascinaient. À la fin de mon service militaire, un ami a commencé à tourner comme musicien avec Bob Marley et Peter Tosh. J'ai donc fait mes premiers pas comme roadie en observant attentivement les différents systèmes que nous utilisions et en étudiant comment ils fonctionnaient. Étant habitué aux systèmes des sous-marins nucléaires, j'aimais les systèmes bien pensés dont on voyait immédiatement qu'aucun détail n'avait été négligé.
Quelles sont tes expériences principales dans le monde de l'audio ?
J'ai travaillé au Ritz de New York comme ingénieur du son de façade. J'ai tourné avec de nombreux groupes dans les années 70 et 80 (Bob Marley, Peter Tosh, Jimmy Cliff) en changeant souvent de fonction. J'ai aussi travaillé pour un cabinet de conception d'hôtels et j'ai réalisé les systèmes de sonorisation de nombreux lieux qui diffusent de la musique enregistrée ou live un peu partout aux États-Unis. Ici, à la CNU, je suis l'ingénieur du son résident et j'ai conçu plusieurs des systèmes audiovisuels installés dans tout le campus : le Ferguson Center, le Music & Theater Hall, le Studio Theater, le Gaines Theater et le Crows Nest (foyer d'étudiants).
Quand as-tu découvert les produits RCF et comment s'est passée ta première prise de contact avec eux ?
Les transducteurs RCF étaient montés dans de nombreuses enceintes et la réputation de leurs performances n'était plus à faire quelles que soient les conditions d'utilisation.
Y a-t-il quelque chose que tu aimes particulièrement dans les produits RCF et quelle est ton expérience personnelle ?
Je dis souvent que nous sommes des ingénieurs du son, donc que nous devons savoir ce qui sonne, et cela d'autant plus que, de nos jours, n'importe qui peut trouver des rapports de mesure de ses équipements. Savoir comment ça sonne ! J'ai un casque audio qui est vraiment très précis mais qui ne donne rien à l'écoute. C'est un casque de référence ! La première fois que nous avons suspendu un TT31, c'était pour un spectacle en après-midi. Donc, on avait fait comme ça venait. L'ingénieur de la tournée m'a regardé et m'a dit « Achète-les ». J'ai réuni les ingénieurs du son présents pour qu'ils écoutent et tous ont été emballés. Et quand nous avons envoyé la musique. Nous avons tous compris car nous avions l'habitude de tester des systèmes. C'est la profondeur sonore qui m'a d'abord frappé, puis le détail dans le rendu de chaque instrument m'a renversé ! Ici, nous avons une salle de concert qui accueille des centaines de spectacles et où tous les meilleurs modèles d'enceintes sont déjà passés. Je ne parle pas d'équipements que je n'aime pas parce que, pour être franc, je trouve quasiment toutes les enceintes actuelles remarquables. C'est pour ça que les sensations restent finalement ce qui compte le plus ! Et la gamme RCF TT me fait sourire jusqu'aux oreilles à chaque fois que je l'entends !
Sur la base de ta longue expérience, quelles sont les règles d'or qui dictent le choix d'un système de diffusion ?
Il y a les nouveautés et les classiques ! N'utilisez pas un produit parce que c'est la solution à la mode et veillez à répartir votre budget de façon intelligente. Ceci étant dit, restez attentifs aux nouveautés en les considérant sans préjugé et en vous concentrant sur les aspects pratiques. Est-ce que le fabriquant et ses produits seront toujours bien distribués à l'avenir ? Veillez à ce que le budget et le niveau de compétence de l'utilisateur habituel soient en corrélation. Et faites sonner le système.
Tu as conçu de nombreux systèmes pour des églises. Quelle est la difficulté principale quand on choisit les composants et les technologies de ce genre d'installation ?
D'abord, j'ai installé des orgues quand j'avais 17 ans. Cela m'a permis d'apprécier l'environnement acoustique créé par différents espaces. Ici, sur le campus, je travaille à un projet de chapelle. Ce type d'installation génère une demande spécifique nouvelle commune à celle des théâtres. Ce type d'environnement ne doit pas laisser paraître l'installation technique mais est utilisé pour tous les types de manifestations, des spectacles acoustiques à la musique électrique en passant par les discours. Actuellement, la meilleure solution semble être l'utilisation de sources sonores dirigeables.
Quand tu réalises une installation, comment fais-tu pour avoir la certitude que le système mis en place pourra atteindre ou dépasser les performances idéales pour le lieu ?
D'abord je pense à la réserve de puissance si le budget le permet, puis je me concentre sur les spectacles que le lieu accueillera. J'essaie aussi d'anticiper d'autres utilisations éventuelles. Ensuite, c'est au tour de la science d'en dire plus sur l'espace en question. Le dernier facteur s'apparente à de l'intuition : je pense qu'en étant réellement à l'écoute, l'expérience permet souvent de savoir ce qui va donner de bons résultats.
Les produits de la gamme RCF TT+ utilisent de nombreux DSP embarqués. Quelle est ton expérience avec les DSP dans les gros systèmes ? Trouves-tu qu'ils aident efficacement à créer des conditions d'écoute parfaites ?
Globalement, j'aime les DSP mais je trouve que certains paramètres ne devraient pas être modifiés, notamment les points de coupure des filtres. J'aime avoir la possibilité de contrôler les niveaux, de surveiller l'activité des amplificateurs, de vérifier la consommation d'énergie, etc. Parfois, j'aime aussi contrôler certaines choses à distance.
Selon toi, quelle est la principale différence entre les systèmes audio actuels et ceux que tu utilisais il y a cinq ans ?
La qualité des pavillons permet une diffusion plus linéaire et plus contrôlée, tout comme les étages d'amplification des enceintes actives. Je pense que le TT45 illustre parfaitement toutes ces propriétés : tu le poses sur scène et tu en prends plein la tête ! Il possède une image sonore incroyablement claire et contrôlée. Pourtant, le son reste magnifique. Autant de qualités que je n'attribuerais pas à la plupart des retours de scène qui se contentent d'être bruyants. Je me souviens qu'à la fin des années 70, l'un des membres du groupe voulait plus de grosse caisse dans son retour alors que tout était déjà à fond ! Le moniteur bondissait littéralement à chaque coup de grosse caisse et j'ai dû expliquer au musicien que chaque fois que son retour sursautait, c'était la grosse caisse. Cela n'arrive plus avec les enceintes qu'on utilise de nos jours.
Étant donné que les technologies sont en évolution constante, quelle est d'après toi la prochaine étape importante dans le développement des enceintes acoustiques ? Et quelles fonctionnalités pourraient faciliter le travail des techniciens et des ingénieurs du son ?
Un meilleur contrôle numérique à distance de l'orientation des sources sonores afin de mieux gérer la répartition de la puissance. Des pièces et des accessoires de montage améliorés afin de réduire les risques d'accident lors de l'installation. Et peut-être un laser indiquant toute la zone de couverture au lieu d'un point.
Lorsque tu travailles avec des groupes, as-tu l'impression qu'ils s'investissent beaucoup dans la qualité du son de scène ? Et tentent-ils d'approcher le son de leurs enregistrements ?
En tant qu'ingénieur résident, je trouve qu'ils attachent souvent beaucoup d'attention au son de scène et se désintéressent un peu du son de façade. Ils partent du principe que le public bénéficiera d'un bon son. Parfois, je dois même les retenir sur scène pour avoir le temps de travailler le son de la façade.
De nos jours, il existe de nombreuses sources d'information en ligne pour suivre l'évolution du matériel, des installations, des technologies, etc. Quelles ressources en ligne utilises-tu pour entretenir tes connaissances ? Et est-ce que tu partages ton expérience personnelle avec celle d'autres ingénieurs du son ?
J'utilise des sites consacrés la sonorisation et à l'audio pro. Ils sont ouverts, vivants et très complets pour ce qui concerne le matériel et les connaissances pratiques.
Aujourd'hui, beaucoup parlent de la difficulté de contrôler le volume sonore des manifestations publiques afin que le niveau crête ou moyen ne dépasse pas le maximum fixé par les autorités locales. As-tu déjà de l'expérience dans ce domaine et que penses-tu de l'encadrement juridique de ton travail ?
Je pense que les systèmes de sonorisation modernes nous permettent d'être moins fort que les anciens systèmes parce que nous pouvons maintenant répartir la puissance très précisément grâce à toute une variété de combinaisons, de DSP et d'enceintes. Il y a un amphithéâtre où on vous avertit quand vous êtes trop fort, puis on vous arrête si vous passez outre l'avertissement. J'ai rencontré des ingénieurs du son qui s'engagent par contrat à respecter un niveau SPL donné comme excuse à leur utilisation abusive de la console qu'ils poussent toujours plus loin tandis que le traitement tente de contrôler le niveau de sortie. Je me suis retrouvé dans les deux situations mais je m'en suis remis au bon sens : si vous faites fuir les gens parce que vous êtes trop fort, c'est que vous avez un problème d'ego. Faites en sorte que le son soit bon, plein et puissant.
Tous les ingénieurs du son ont leurs morceaux tests favoris, par exemple I.G.Y de Donald Fagen. Quels sont les morceaux sur ton CD de test ?
One Voice – the Wailin' Jennys The Hounds of Winter – Sting Seven Bridges Road (live) – Eagles Lisztomania – Phoenix In the Darkest Place – Burt Bacharach & Elvis Costello Maria Rita – 1er album Jamie Cullum Jeff Beck Live at Ronnie Scotts
Ce ne sont que quelques morceaux. Il y en a d'autres, notamment de Donald Fagen / Steely Dan, etc.
La série RCF TT+ a été conçue en collaboration avec de nombreux ingénieurs du son. Lorsque tu travailles avec des équipements de la gamme TT+, est-ce que certains aspects des produits facilitent ton travail par rapport aux autres systèmes ?
Oui, les commutateurs et les connecteurs encastrés sont vraiment bien pensés. Le système de suspension est très bon. J'aimerais juste une façon de maintenir plus facilement les languettes du système de fixation. Les poignées tombent littéralement sous la main et le rapport puissance/poids est incroyable.
Selon toi, qu'est-ce qu'un fabricant d'enceintes doit cultiver et sur quoi ne doit-il jamais faire de compromis ?
La musicalité ! On pourrait fabriquer des systèmes très précis mais nous avons besoin d'âme et de sincérité. Il y a une chose qu'il ne faut pas oublier : nous sommes des techniciens, mais nous sommes également des artistes à part entière. Je ne suis pas d'accord avec certains ingénieurs du son qui réduisent notre rôle à la reproduction exacte de ce qui se passe sur scène. Bien sûr, l'ingénieur du son doit rester fidèle à ce qui se passe sur scène. Mais il doit aussi apporter une part de sa personnalité à chaque spectacle, sans quoi un simple ordinateur suffirait à équilibrer les niveaux.
Sur quels projets travailles-tu actuellement ?
Je travaille à la chapelle de la CNU et je refais le système de la salle de concert du Ferguson Center.
Nous venons tout juste de terminer le quatrième théâtre du campus (équipé de TT25 et de TT45). L'école a dépensé 700 millions de dollars en nouvelles infrastructures au cours des 12 dernières années et planifie actuellement un nouvel investissement de 500 millions de dollars pour les années à venir. L'école est publique et rassemble environ 5.000 étudiants.
Quel groupe de rêve aimerais-tu mixer et pourquoi ?
J'ai travaillé avec des groupes fantastiques et c'était à chaque fois une nouvelle aventure. Bob Marley et Peter Tosh faisaient définitivement partie du rêve. Ici, le fait d'être ingénieur résident m'a permis de travailler avec de très nombreux artistes et ingénieurs du son. Ceci dit, je crois que tous les ingénieurs du son pensent que leur mix est le meilleur !
Quelle est ta toute meilleure expérience de concert en tant que spectateur ?
Je travaille pendant la plupart des concerts que je vois donc c'était il y a très longtemps, à l'époque de Woodstock / Watkins Glenn.
Installation
RCF sonorise le nouveau stade roumain Ilie Oană
Projet de la ville roumaine de Ploieşti, le nouveau stade Ilie Oană héberge actuellement le club de football FC Petrolul Ploieşti. Inaugurée en septembre 2011, cette arène possède une capacité de 15.500 places et a été bâtie à l'emplacement de l'ancien stade Ilie Oană Stadium achevé en 1937.
L'ancien complexe sportif a été totalement rasé pour faire place à un tout nouveau complexe déjà désigné par l'UEFA pour accueillir des matches et des demi-finales de la Ligue des Champions grâce notamment à ses infrastructures ultra modernes.
Le nouveau stade est toujours baptisé Ilie Oană en hommage au célèbre joueur et entraîneur. Avec le stade national, le stade Ilie Oană est l'arène sportive la plus moderne de Roumanie et représente une étape importante dans l'histoire de la construction des stades roumains. En effet, il répond à toutes les directives de l'UEFA et dispose de toutes les infrastructures nécessaires pour accueillir les grands médias et tous les journalistes du monde entier avec notamment deux studios de télévision et neuf plate-formes de transmission.
Un système de sonorisation RCF de dernière génération a été installé pour couvrir toutes les zones du stade. C'est la société roumaine FBS Lines, distributeur des produits RCF, qui a obtenu le contrat pour la réalisation du système de sonorisation.
Le système audio du stade Ilie Oană a été conçu en collaboration avec le service Projets de RCF qui a développé une solution sur mesure accompagnée de sa documentation technique, de ses simulations acoustiques, de ses mesures, etc.
« Ce projet fera date dans l'histoire des installations audio. Tout a fonctionné comme prévu et le résultat est un superbe équipement digne du stade Ilie Oană. Nous avons déjà reçu de nombreux commentaires élogieux à propos de notre travail. C'était magnifique de voir que le système de sonorisation était parfaitement à la hauteur des autres installations du complexe bâti autour du stade. Pour nous, il était important de participer à ce projet dès ses débuts parce que cela nous a permis de pouvoir garantir la perfection de la solution audio proposée. Je suis sûr que cette installation permettra à RCF de travailler sur d'autres grands projets dans notre pays » commente Kalman de FBS Lines.
Les zones des tribunes du stade sont couvertes par 24 enceintes RCF P6215 et 28 enceintes RCF P4228.
Le système P6215 est une enceinte étanche coaxiale à dispersion large (2 voies large bande) qui développe un volume de sortie élevé projeté sur de longues distances. La section des hautes fréquences comporte un pavillon CMD à directivité constante équipé d'un moteur à compression 1,3" RCF Precision Neodymium avec diaphragme 2,5" pour une dispersion large et homogène. Le transducteur basse fréquence est un woofer 15" avec bobine mobile 3". L'enceinte est équipée de 12 douilles M10 en cuivre fileté, d'un arceau de fixation en acier inoxydable et d'une paire de barres d'espacement pour le montage à 90°. Le P6215 est conforme à toutes les directives de la norme de protection internationale IP 55.
Le P4228 est une enceinte 2 voies large bande. Grâce à son étanchéité parfaite, à sa dispersion large, à sa forte puissance et à son rendement élevé, elle est adaptée à de nombreuses applications professionnelles indoor et outdoor ; elle est conforme à toutes les directives de la norme de protection internationale IP 55. La bande des hautes fréquences est prise en charge par un moteur à compression 1,4" RCF Precision Neodymium avec diaphragme 2,5" associé à un pavillon CMD à directivité constante pour une dispersion large et homogène. Le transducteur basse fréquence est un double woofer 8" avec bobine mobile 2,5".
L'amplification du système de sonorisation est assurée par six amplis 2 canaux RCF DPS 3000 capables de produire une puissance exceptionnelle malgré des dimensions compactes (rack 2U) et un poids réduit. Ils sont complétés par huit amplificateurs 2 canaux RCF HPS 2500 qui délivrent chacun 2 x 1400 watts RMS sous 2 Ω (2800 watts RMS sous 4 Ω en mode Bridge).
L'ensemble est commandé par deux processeurs numériques RCF DX 4008 de gestion du système de diffusion. Tous sont montés dans deux racks de 26 unités chacun où les rejoignent d'autres équipements RCF, notamment un S1033 (lecteur MP3 CD/USB + récepteur FM).
Le système RCF utilise plusieurs kilomètres de câble 4x4 installés tout autour du stade Ilie Oană. Après les turinois, dont le stade fétiche de la Juventus a récemment été équipé d'un système de sonorisation moderne réalisé par RCF, c'est maintenant au tour des fans du FC Petrolul Ploieşti de bénéficier d'un son parfaitement clair et équilibré lorsqu'ils assistent aux matches de leur équipe préférée.
Plus d'informations sur le FC Petrolul : www.fcpetrolul.ro
Event
La gamme RCF TT+ au Sweden Rock Festival
Le Sweden Rock Festival est le rendez-vous annuel suédois de la scène rock et métal depuis le 6 juin 1992. Malgré sa couleur typée rock et métal, le festival est réputé pour la diversité de sa programmation musicale, du groupe de rock sudiste Molly Hatchet aux légendes du death métal d'Obituary.
La première édition du festival s'est déroulée à Olofström et présentait neuf groupes différents. Les cinq années suivantes, le festival a été organisé à Karlshamn, puis a déménagé de nouveau en 1998. Depuis, il a lieu à Norje, à la sortie de Sölvesborg, localité de 8.000 habitants et siège de la commune de Sölvesborg située dans le comté de Blekinge.
Lors de sa première édition, le festival ne durait qu'une journée et présentait des groupes quasiment inconnus. L'année suivante, il proposait plus de groupes car sa durée avait déjà été portée à deux jours. Le festival a fonctionné sur ce rythme de 1993 à 2002, années pendant lesquelles sa programmation s'est peu à peu enrichie et parée de grands noms.
De 2003 à 2006, le festival s'étendait sur trois jours et proposait certains des plus grands groupes des scènes rock et métal. À partir de 2007, le festival s'est allongé à quatre jours et sa programmation a atteint quelques 120 groupes et artistes différents.
Voici certains des grands noms passés par le Sweden Rock Festival : Aerosmith, Judas Priest, Mötley Crüe, Dio, Bruce Dickinson, Yngwie Malmsteen, Twisted Sister, Whitesnake, Uriah Heep, Europe, Deep Purple, Accept, Motörhead, Saxon, Nazareth, Poison, Status Quo, Lynyrd Skynyrd, Scorpions, Porcupine Tree, Kamelot, Def Leppard, Alice Cooper, Testament, W.A.S.P., ZZ Top, The Orchestra, Thin Lizzy et Guns N' Roses.
Le festival a aussi été à l'occasion de come-back retentissants, notamment pour Triumph et de Riot (formation de l'album Thundersteel). C'est également là que Bachman & Turner donnèrent le coup d'envoi de leur tournée mondiale de réunion en juin 2010.
Cette année, le Sweden Rock Festival comportait cinq scènes : Festival (scène principale), Rock, Rock Klassiker, Zeppelin et Sweden Stage. Le système de sonorisation de la scène Rock Klassiker était composé de modules RCF TT+ dans la configuration suivante :
12 x RCF TTL55-A (module line array actif 3 voies à forte puissance).
6 x RCF TTS56-A (subwoofer actif à forte puissance).
De plus, des enceintes RCF 4PRO 3002-SMA étaient utilisées comme retours de scène. La rappels latéraux sur scène utilisaient des RCF 4PRO 6001-A (enceinte 3 voies à forte puissance) et 4PRO 8001-A (subwoofer bass reflex à forte puissance).
« Le Sweden Rock Festival est devenu incontournable parmi les événements musicaux européens et il est même l'un des festivals majeurs de la scène métal mondiale. Il suffit de lire l'impressionnante liste des groupes qui s'y sont produits pour s'en convaincre. Chaque année, au début du mois de juin, le festival transforme la petite ville de Sölversborg en capitale mondiale du heavy métal.
Cette année marquait la première participation de la gamme RCF TT+ au festival. Et les résultats sont exceptionnels, notamment en termes de puissance et de clarté sonores comme l'ont souligné tous les artistes et ingénieurs du son. Et nous comptons bien faire encore plus fort en 2012 » déclare Anders Scharer de Luthman TTS.
Basé à Vadstena, le prestataire Fegge & Mattes Sound, Light & Event a fourni le système de sonorisation de la scène Rock Klassiker. Pour ses débuts au Sweden Rock Festival, il a fait confiance aux systèmes RCF TT+ car ils garantissent les deux qualités audio principales exigées par le heavy métal : la puissance et la clarté.
En savoir plus sur le Sweden Rock Festival : www.swedenrock.com
Programmation 2011 : du 8 au 11 juin, Norje Havsbad Absorbing the Pain, Accept, Agent Steel, Alien, Angel Witch, Black Label Society, Black Veil Brides, Bob Log III, Buckcherry, Chips & Kent From Sator, Claes Yngström, Clutch, Crashdïet, Dan Reed Band, Dawn Of Silence, Destruction, Doc Holliday, Down, Duff Mckagan's Loaded, Electric Wizard, Evergrey, Five Horse Johnson, Fläsket Brinner, Fm, Frantic Amber, Ghost, Goda Grannar, Groundhogs, Gwar, Hardcore Superstar, Hawkwind, Helloween, Houston, Iced Earth, Jason & The Scorchers, Joan Jett And The Blackhearts, Judas Priest, Kansas, Lee Aaron, Mason Ruffner, Mats Ronander, Mean Streak, Molly Hatchet, Moonspell, Morbid Angel, Mr Big, Mustasch, Necronaut, Nicke Borg Homeland, Nifelheim, Ninnuam, Overkill, Oz, Ozzy Osbourne, Perry & The Travellers, Queensryche, Rage, Raubtier, Rhapsody Of Fire, Rhino Bucket, Rob Zombie, Roffe Wikström, Saxon, Seventribe, Slidin' Slim, Spitchic, Spock's Beard, Steelheart, Stryper, Styx, Summoned Tide, The Brew, The Cult, The Damned, The Dead And Living, The Haunted, The Hooters, Thin Lizzy, Walter Trout et Whitesnake.
Installation
Le QI Clubbing d'Erbusco (Italie) choisit RCF
Le QI Clubbing d'Erbusco (province de Brescia) est un lieu à découvrir pour son environnement attrayant et son élégante décoration. À plusieurs reprises, il a été désigné comme l'une des meilleures discothèques de toute l'Italie. En octobre 2011, le QI Clubbing ouvrira son nouveau restaurant et son club privé.
Cette diversification de l'activité a conduit à la création d'un complexe de divertissement nocturne absolument complet centralisé dans un même établissement.
La clé du succès du QI Clubbing réside dans d'incessants investissements destinés à améliorer et à cultiver une atmosphère et un environnement raffinés. Le complexe permet de danser toute la nuit sur les rythmes des meilleurs DJs italiens et internationaux après avoir commencé tranquillement la soirée au restaurant.
Pour conserver son rang parmi les toutes meilleures discothèques italiennes, le QI Clubbing améliore constamment ses infrastructures et à récemment investi dans un nouveau système de diffusion RCF pour sonoriser le restaurant et le salon privé.
Quelques 20 enceintes RCF MONITOR 88 diffusent de la musique d'ambiance en haute fidélité dans tout le restaurant.
La zone de la scène dédiée aux performances live est quant à elle équipée de huit enceintes 3 voies RCF H1312.
Pour alimenter le système, le QI Clubbing a également installé 12 amplificateurs de puissance RCF (quatre DPS 3000 et huit HPS 1500) associés aux processeurs numériques RCF DX 4800 et DX 2600 pour la gestion des enceintes.
Ce nouveau système de sonorisation RCF permettra certainement à QI Clubbing de concourir de nouveau dans la catégorie Meilleure discothèque/restaurant d'Italie.
Pour plus d'informations sur le QI Clubbing : www.qiclubbing.com
Corporate
Randy Jackson – Sur scène avec RCF
En tournée, Randy Jackson, chanteur et guitariste du légendaire groupe « Zebra », fait confiance à RCF depuis de nombreuses années. Randy Jackson fait partie des acteurs majeurs de la scène musicale américaine depuis le milieu des années 70. De nos jours, il se produit avec de grands orchestres symphoniques et comme artiste solo à la guitare acoustique tout en conservant une activité importante avec Zebra.
Randy Jackson nous conduit dans les dédales du passé et nous expose son actualité musicale.
Créé à la Nouvelle-Orléans au milieu des années 70, Zebra est un trio rock composé de Randy Jackson au chant et à la guitariste, Guy Gelso à la batterie et aux chœurs et Felix Hanemann à la basse, aux claviers et aux chœurs. Le groupe se taille une très solide réputation sur la scène locale et possède un noyau de fans très important constitué grâce aux nombreux concerts donnés dans la région. En 1982, Zebra signe chez Atlantic Records. « Zebra », le premier album du trio, est produit par Jack Douglas (Aerosmith, John Lennon) et sort en 1983.
L'important noyau de fans résultant de 8 ans de tournées incessantes en Louisiane et dans l'état de New York permet au trio d'écouler quelques 75.000 copies de son album au cours des deux premières semaines. Zebra devient l'un des groupes majeurs du catalogue d'Atlantic Records et son premier opus fait partie des ventes les plus rapides pour un premier album.
Les chansons profondément mélodiques de Jackson, notamment « Who's Behind The Door » et « Tell Me What You Want », reçoivent les éloges de la presse et décuplent le nombre des fans du groupe.
RJ : « Avec le recul, ma carrière avec Zebra a été un grand voyage. Nous avons beaucoup de chance d'avoir eu une carrière de plus de 35 ans. C'est fantastique que des gens veuillent toujours nous voir sur scène et nous réclament encore de nouveaux morceaux. »
En devenant disque d'or, ce premier album entérine le succès de Zebra.
RJ : « Le fait de passer soudainement des petites scènes locales aux grandes arènes, avec des groupes comme Aerosmith, Kiss, Queensrÿche et Dream Theater, était un voyage magnifique pour nous. »
En 1984, Atlantic Records sort le second album de Zebra baptisé « No Tellin' Lies ». L'album est bien accueilli par la presse mais ne parviens pas à s'imposer en radio comme le fit le premier. Le troisième album intitulé « 3.V » sort en 1986.
RJ : « En moins de trois ans, nous avons sorti trois albums tout en continuant à tourner constamment, à faire des vidéos, des actions de promotion, des émissions de télé, etc. J'ai investit énormément de temps et d'efforts dans l'enregistrement du troisième album « 3.V ». C'était la production la plus ambitieuse de notre carrière et nous étions persuadés qu'elle serait un succès. Cet album a été l'occasion d'expérimentations avec des instruments novateurs tels que le Synclavier et le Fairlight. Nous avons fait également beaucoup de séquençage MIDI avec le Linn 9000 ».
Malheureusement, « 3.V » ne reçoit pas l'accueil escompté et Atlantic Records abandonne Zebra.
RJ : « 3.V contient certains de nos meilleurs morceaux. C'est probablement notre meilleur album. Seulement, nous n'avons jamais réussi à accrocher les radios. Bon Jovi venait de sortir « Slippery When Wet » et ont tout simplement égaré notre album. »
Zebra décline et les membres du groupe commencent à s'investir dans d'autres projets musicaux.
RJ : « C'était une grande déception pour le groupe mais notre musique et nos fans nous ont permis de rester positifs. Je me suis découvert une passion pour l'informatique et j'ai commencé à construire mon propre studio d'enregistrement chez moi. Je travaillais régulièrement en studio comme guitariste de séance, ce qui m'a permis de rencontrer beaucoup de gens très intéressants. En 1989, on m'a proposé de faire la dernière tournée de Jefferson Airplane en tant que claviériste, guitariste et choriste du groupe. C'était une expérience exceptionnelle !”
En 1989, Randy Jackson retrouve Atlantic Records pour un album solo dont le nom provisoire est « China Rain ». Cette fois, le projet se dirige vers un métal plus dur. Mais pendant la production, Nirvana sort « Never Mind » et Atlantic décrète que « China Rain » devient de fait impossible à commercialiser. En 1990, Zebra sort un album live chez Atlantic qui est accueilli très chaleureusement par la presse. Peu après, Jackson commence à travailler à un concept de concert solo comportant un ordinateur contrôlant les sons et les éclairages. Le résultat d'un an de programmation intensive est un show mémorable présentant les meilleures créations de Zebra ainsi que de nombreux classiques de l'histoire du rock.
RJ : « J'ai fait énormément de choses à cette époque. Je commençais à avoir de bonnes compétences en programmation et je travaillais avec tous les logiciels de musique possibles et imaginables. Ma soif de savoir et ma passion m'ont finalement conduit à développer des instruments et des logiciels pour Lonestar Technologies en 1992. »
Lonestar Technologies est basé à Hicksville dans l'état de New York. La société travaille au développement d'un nouvel instrument baptisé « The Key », un synthétiseur apparenté à une guitare et doté d'une polyvalence révolutionnaire pour l'époque.
RJ : « Quel projet fantastique ! Il représentait un grand changement pour moi : de musicien à plein temps, je devins développeur pour une société incroyablement innovante. « The Key » avait un design très futuriste. Il s'agissait d'un synthétiseur inspiré d'une guitare dont les « frettes » étaient comme les touches d'un clavier et les « cordes » comme des « veines artificielles » fixées au corps de l'instrument. On pouvait utiliser « The Key » comme un contrôleur MIDI indépendant car il possédait un moteur de synthèse intégré. Pour jouer des accords, on appuyait sur les touches tout en grattant les « veines ». Le musicien pouvait aussi utiliser « The Key » comme « lecteur vidéo » pour jouer avec des vidéos musicales à partir de bandes encodées. Nous avons aussi développé des cartouches d'accompagnement appelées « Sound Pac » qu'on pouvait connecter à un port spécial de l'instrument. Avec une capacité équivalente à un album, les cartouches « Sound Pac » contenaient des versions MIDI de morceaux sous licence qui permettaient au musicien de jouer avec un accompagnement. J'aimais décrire « The Key » comme une harpe automatique électronique. John Anderson de Yes est venu essayer notre instrument et il a fini par écrire toute une série de morceaux utilisant « The Key ». À sa sortie, l'instrument était très cher, et par conséquent inaccessible à la plupart des musiciens. « The Key » était un projet très ambitieux et peut-être aussi un peu en avance sur son temps. »
En 1996, on propose à Randy de chanter la musique de Led Zeppelin pour un concert avec l'orchestre symphonique de Virginie.
RJ : « J'ai fait ce premier concert sous la direction de Brent Havens, chef d’orchestre du Windborne Symphony, et nous ne nous sommes plus quittés depuis. Le concept est le suivant : un groupe de rock joue la musique de Led Zeppelin accompagné d'un orchestre symphonique au grand complet. C'est vraiment une grosse production avec laquelle nous avons traversé tous les États-Unis. Nous avons même fait quelques dates au Canada. Nous avons créé différents shows sur le même principe (musique des Doors, de Pink Floyd et des Eagles) qui contribuent à m'occuper toute l'année. C'est tellement bon de jouer la musique de ma jeunesse avec des musiciens de très haut niveau dans un cadre symphonique. »
Et pour couronner le tout, Randy s'attèle à un projet de concert solo acoustique.
RJ : « J'ai rencontré un distributeur d'instruments de musique qui m'a chaudement recommandé RCF et a promis de m'aider à mettre en place un système de diffusion adapté à mes concerts solo acoustiques. Mes exigences principales étaient que le système soit transportable, très puissant et que je puisse le porter seul. Je voulais qu'il rentre entièrement dans ma Ford Expedition. Je savais que, pour la plupart de mes concerts solo, il me faudrait être mon propre directeur de tournée, technicien de plateau et ingénieur du son. J'ai acheté deux systèmes, l'un pour les shows dans l'état de New York, l'autre pour les dates en Louisiane. Basé sur la gamme RCF 4Pro, mon système combine des enceintes 6001 et un mélange de subwoofers 8001 et 8002. »
Fort de ses deux nouveaux systèmes, Randy Jackson commence à faire la promotion de son concept de concert solo acoustique.
RJ : « J'étais ravi par l'immense intérêt que les gens portaient à mon concert acoustique. L'une de mes premières dates avec mon nouveau système RCF était le grand prix de Formule 1 au Canada. Au début, j'ai craint d'avoir des difficultés à me produire dans ce genre d'environnement parce que la salle était grande et pleine de monde. Mais j'ai été totalement soufflé par les performances de mon système RCF. Le son est fantastique, qu'ils s'agisse de musique acoustique ou de hard rock. On remarque immédiatement la superbe qualité audio : le son est clair, chaque instrument est parfaitement défini et l'intelligibilité des voix est imbattable. »
En 2003, Zebra signe un contrat avec le label italien Frontiers Records et sort son quatrième album « Zebra IV ».
RJ : « Nous avons travaillé sur le nouveau CD jusqu'à ce que nous soyons tous totalement satisfaits. L'album a très bien marché et nous a permis de toucher une nouvelle génération de fans. Nous sortirons un nouvel album l'année prochaine. Devant le nombre croissant des concerts de Zebra, j'ai simplement doublé mon système RCF pour nous permettre de jouer dans des salles de plus grande taille. J'ai aussi ajouté quatre retours de la série NX au système. Je m'intéresse actuellement à la gamme TT+ pour couvrir les gros concerts de Zebra ou du Windborne Symphony. RCF USA m'a vraiment beaucoup aidé, c'est incroyable. Je n'aurais pas pu demander plus d'un fabricant ou de ses produits. »
Et quelle est la réaction de ses fans ?
RJ : « On me fait sans arrêt des compliments sur le son des concerts. Chaque soir, on me demande des renseignements sur mon système RCF et nombreux sont les spectateurs qui disent que c'est le meilleur qu'ils aient jamais entendu. »
ZEBRA DISCOGRAPHIE
1983 Zebra 1984 No Tellin´ Lies 1986 3 V 1990 Live 1998 The Best of Zebra in Black and White 1999 King Bisquit Live 2001 No Tellin´Lies/3 V 2003 Zebra IV 2004 Slow Down 2007 Zebra - The DVD
Pour en savoir plus sur Randy Jackson et Zebra:
www.thedoor.com
www.randyjackson.com
www.facebook.com/randyjacksonzebra
www.facebook.com/pages/Randy-Jackson-of-Zebra/147328201985551
http://twitter.com/#!/Randy_Zebra
Event
Welcome to the xSolutions
The xSolutions show is taking place at the Excel, London. The trade show is from October 19th to 20th 2011.
xSolutions is for professionals who sell, install, purchase or have responsibility for the day-to-day running of audio and video communication technologies within commercial facilities.
It will provide the opportunity for you to immerse yourself in the latest AV technology and solutions based offerings - as a specific product, part of an individual system or as part of a complete building systems solution.
xSolutions will provide an unprecedented focus on business communication technology within UK and Ireland.
Meet and greet with RCF Team at the show and get a chance to hear and see more about the new products, about our innovative technologies and to learn more about the large selection of product ranges and solutions from RCF.
See more about the show at: www.xsolutionsonthenet.net
Come and visit us on booth D14
Corporate
The Ayra Series is a family of three models of active studio monitors to match the required performance level. With the addition of the dedicated Ayra subwoofer you can seamlessly add more punch and weight to your monitoring setup a mix.
The near field active monitor in the Series is Ayra 5, Ayra 6 and Ayra 8 – they all come with a high quality soft dome tweeter and a 5”, 6” or 8” composite fibreglass woofer. The Ayra Sub 10 is the perfect match to the individual models in the Ayra Series and extends the frequency response of your system, still maintaining the perfect balance in your mix.
Read more here.
Corporate
At the RCF Marketing´s Channel at YouTube you can see the latest videos with product news, technical videos, references, interviews, trade show videos and much more.
Check it out here:
Corporate
Interview with Fausto Incerti - RCF General Manager at the Event Elevator media site.
See the interview here.
Page 31 de 49
— 10 Items per Page
Affichage des résultats 301 - 310 parmi 481.